OSTUNI - LA VILLE BLANCHE

Pubblicato il

Ostuni – À environ 250 mètres au-dessus du niveau de la mer, surplombant un territoire de collines de la Murgia jusqu’à l’Adriatique et à travers la succession de paysages tous plus extraordinaires les uns des autres, se trouve la belle ville d’Ostuni, appelée aussi la ville blanche (de par ses maisons cubiques de couleur blanche qui composent le bourg médiéval).

Ostuni est une citadelle des plus pittoresques du Sud de l’Italie, véritable patrimoine architectural, artistique et culturel des Pouilles. La ville possède des origines très anciennes ! Les vestiges archéologiques en attestent. Saccagée et pratiquement détruite durant la seconde guerre punique, Ostuni échappe de peu à sa disparition en retournant à son rôle initial de contrôleur du trafic maritime sous le règne de l’empereur Vespasien.

Une nouvelle fois détruite pendant la guerre gothique, Ostuni renaît grâce cette fois-ci à l’empereur byzantin Basile le Macédonien. Son architecture urbaine est d’influence grecque tel que le prouve la propagation de la chaux blanche sur les murs extérieures des maisons ainsi que la division du village en “pittakia” et l’appellation étrangère de certains de ses quartiers. Le caractère médiéval de la ville peut être reconnu, quant à lui, par des rues étroites et sinueuses, caractérisées par des pentes escarpées à grandes étapes. Ces rues étaient bordées de hautes maisons et surmontées d’arcs imposant. Au sommet du village, se trouvent le château normand (détruit au XVI siècle), le palais de l’évêque et la cathédrale.

Que visiter à Ostuni ?

Le Bourg Médiéval : Il se présente en un dédale de ruelles tortueuses, d’escaliers assez raides et de cours lumineuses. Balcons fleuris, volets peints et devantures de restaurants formant les seules couleurs dans cet univers de blanc. Néanmoins, sans oublier les couleurs émanents de la campagne verdoyante environnante et le bleu azur de la mer Adriatique qui peuvent être admirées à partir des remparts de la ville.

La Cathédrale : Commencée en 1437 et achevée 60 ans plus tard, celle-ci offre une façade des plus originales de par son style gothique tardif. La perle du bâtiment se trouvant en une magnifique rosace à transenne à 24 rayons et très finement sculptées. À droite de la cathédrale, il est également possible d’observer les ruines du château qui fut construit par Godefroy, comte de Lecce, au XII siècle. Ce dernier fut détruit au XVI siècle.

Le Largo Trinchera : Il s’agit de la placette faisant face à la cathédrale au sommet du bourg médiévale. Celle-ci est enjambée par une loggia baroque à arcades reliant le palazzo Vescovile (évêché) et le palazzo del Seminario (siège de la curie).